Sélectionné pour vous
 

Depuis l’été 2018, Pôle Emploi propose aux PME des Pays de la Loire de moins de 20 salariés confrontées à des difficultés de recrutement de financer gratuitement 800 heures de formations pour ajuster les compétences des demandeurs d’emplois aux postes à pourvoir.

C’est une expérimentation inédite qu’a lancé Pôle Emploi depuis cet été 2018 pour aider les PME de moins de 20 salariés à recruter.

Si elle s’avère concluante, elle pourrait bien être généralisée dans toutes les régions de France. Pôle Emploi propose aux TPE et PME de moins de 20 salariés, basées dans les Pays de la Loire, de financer gratuitement 800 heures de formation pour ajuster les compétences des demandeurs d’emploi aux postes à pourvoir. En contrepartie, les entreprises intéressées s’engagent à employer la personne formée pour un contrat d’au moins 6 mois.

Des demandeurs d’emplois rémunérés pendant leur formation.

Ce dispositif s’inspire de la Préparation opérationnelle à l’emploi individuelle (POEI) qui s’applique à toutes les entreprises mais dont l’offre de formation est limitée à 400 heures. Là, l’offre est doublée à 800 heures, et les demandeurs d’emploi reçoivent, parallèlement à leur formation, un complément de salaire qui peut atteindre les 80% du Smic net. L’expérimentation, baptisée Parcours TPME vers l’emploi est financée par le Conseil régional avec le soutien de la CPME et de l’organisme de gestion des fonds de la formation professionnelle l’Agefos PME.

L’artisanat, secteur le plus demandeur

Pour le moment, près d’une centaine de conventions ont été signées. « Nous aimerions en signer 500 avant la fin de l’année », explique Franck Leroy, qui pilote le projet pour Pôle Emploi. Pour le moment, c’est le secteur de l’artisanat qui en profite le plus. « Nous formons des fleuristes,des peintres en bâtiment, des réparateurs de machines agricoles, des aide-maçon, etc… rapporte Franck Leroy.

Côté candidats, Pôle Emploi vise en priorité des personnes éloignées de l’emploi, avec un faible niveau de qualification. «On recrute sur le savoir-être plus que sur l’expérience. C’est pour cela que nous avons aussi prévu une période d’immersion dans l’entreprise avant le démarrage de la formation pour que le candidat vérifie que le métier lui plaît bien », explique Franck leroy.

Selon la dernière enquête sur les besoins en main d’oeuvre dans la région réalisée par Pôle Emploi, les employeurs envisagent près de 145 000 embauches en 2018 soit 26,7% de plus qu’en 2017. Plus de la moitié de ces projets émanent des établissements de 0 à 4 salariés.

Une vidéo présentant Parcours TPME est disponible